Partagez | 
 

 Ayame Jun : L'iris Pure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Ayame
Juunin SunaJuunin Suna
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/09/2010


Feuille Ninja
Points de Chakra:
800/880  (800/880)
Points de Vie:
800/800  (800/800)
Techniques:

MessageSujet: Ayame Jun : L'iris Pure.   Dim 12 Sep 2010 - 4:59

JUN AYAME


La dame de Trèfle
    ►► Âge : 23 ans
    ►► Taille: 158 centimètre
    ►► Poids: 47 kilo
    ►► Nindô: Inconnue.
    ►► Affinités: Kinjutsu.
    ►► Spécialités: Kugetsu, FuuinJutsu.
    ►► Techniques: à venir.
    ►► Village: Suna.





Lumière, Lumière éteint toi sous tout ses blasphèmes.
Éteint toi sous toute ses douleurs.
Épargne moi toute les lueurs de mon mal.
Mais ne m'épargne pas la vue de ses yeux.



" Es tu un ange ? "

Un rire cristallin, un peu moqueur. Un geste d'approche, comme une caresse, une douce caresse. Il ne faisait pas chaud a cette heure si de l'après midi. Tout en haut des toits, observant le ciel azuré ou les étoiles commençait a naitre. Le ciel bleu laisserait bientôt sa place à une belle nuit étoilé, et aucune brume, aucun sang, aucun vent ne viendrait gâcher tout cela. [quoi que, une douce mort peut être ?]
Un léger soupire de délice, un plaisir. Puis d'autre geste qui se faisait plus soigneux, plus discret. Notre héroïne ? Elle était invisible, cacher derrière le rideau d'un appartement. On ne pouvais discerné que sa silhouette. Fine, élancé. Entretenue et il fallait l'avouer : désirable. Une forme nue, qui laisser voir au yeux des curieux ou des voyeurs des courbes biens généreuses.
Puis un choc, un choc muet et un bruit mou. Comme quelque chose qui tombe sans résistance.
On voix la silhouette se vêtir d'un kimono ample puis sortir. Est elle un ange ? [Plutôt un vice] Est elle bonne ? [ Hum assez oui ..]
Mais elle a tuait. Alors ... qui est elle ?

Elle est Jun Ayame. L'Iris pure. Ou l'iris obéissante celons les traduction de son prénom. Mais elle n'est rien de tout cela [Un vice, un démon]. Elle est une laideur de l'humanité; Une création désastreuse dont même ses parents ignore la nature.
Pourtant ... elle a eut une vie tranquille. Une vie très simples. Vivant dans un monde de guerre, se prédestinant naturellement à cela grâce à un père et a une mère ninja. Faisant Ses classe, sans extra, n'était n'y meilleur n'y pire. Toujours dans la moyenne. Ne rejetant jamais les autres, ne se rejetant jamais elle même. Bon, comme tout le monde elle avait ses moment de faiblesses, des moments ou les autres devaient plus la protéger. Mais il y avait aussi ses moments de forces, ou elle réussissait se que les meilleurs faisait sans jamais avoir eut leurs niveaux. Elle n'a jamais eut de technique particulière, bien qu'en apprendre ne la dérangerais pas.
elle n'a jamais eut un niveau excellent pour quoi que se soie.

Sauf peut être une chose : La récolte d'information. Grâce a son corps séduisant, grâce à la beauté de ces mots, de ces gestes; grâce à ses manies, à ses jeux mais surtout à son caractère hors norme. Elle sait prendre les rôles qu'elle veux est c'est ainsi qu'elle rencontra quelqu'un. Quelqu'un dans son village faisant partie de la même branche qu'elle. Qu'un de doux et de taciturne. Quelqu'un de froid et de chaud en même temps. L'aimer ? c'était un bien gros mot pour se bien être qu'elle ressentait en sa compagnie. Aucun désir pour lui, pourtant elle était réputé pour être une coureuse de jupon, [ou une pute]. Une femme fatal[, une femme facile]. Qu'importe la manière, qu'importe le pourquoi des choses, l'important c'est se qui est non ? Et Jun est ainsi. dans un visage d'ange, elle est terrible. [Cruel]. Elle n'est douce que quand elle le désires, et rien dans son passé ne pourrais expliqué se comportement. un passer banal rappelons le.



Dernière édition par Jun Ayame le Dim 12 Sep 2010 - 7:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasuke Uchiha
Chef TakaChef Taka
avatar
Messages : 168
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 25


Feuille Ninja
Points de Chakra:
0/1200  (0/1200)
Points de Vie:
0/1200  (0/1200)
Techniques:

MessageSujet: Re: Ayame Jun : L'iris Pure.   Dim 12 Sep 2010 - 5:09

    Sujet: Vu que ton point fort est la collecte d'information, je veux que tu fasse une mission dans cette optique. Tu dois séduire un dangereux criminel , déserteur de Suna pour collecter un max d'info sur lui et ces hommes a transmettre au village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Ayame
Juunin SunaJuunin Suna
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/09/2010


Feuille Ninja
Points de Chakra:
800/880  (800/880)
Points de Vie:
800/800  (800/800)
Techniques:

MessageSujet: Re: Ayame Jun : L'iris Pure.   Dim 12 Sep 2010 - 6:01

欠陥 UN VICE 欠陥


" Es tu un ange ou .. "
" Je suis un vice.
Un cruel mais délicat Vice. "

Un vice, comme une caresse, un vice comme un hivers, qui reviens toujours. Qui est dure et froid. Comme cette hivers si. Un très long hivers. [Une très longue mission.] Combien d'hivers avait elle passer dans cette ville déjà ? Au moins 2. Deux ans dans cette ville. [Triste ville]. Un vertige la prend. Elle ferme les yeux [Tristesse] elle soupire, puis redresse la tête. Était elle enceinte ? Elle serrait dans une belle misère si c'était le cas. A moins que c'était simplement le mal du pays. Le vent d'hivers soufflait. [Froid] Gelant le sol et les murs autours de lui. Gelant la pauvre femme qui était là, assise sur son banc a observait le ciel calme : il ne neigerait pas aujourd'hui. [Le ciel ne pleurera pas.] Mais il était beau [comme lui]. Très doux, comme un joyaux. Elle ferma ses yeux couleur de l'azur. Soupirant doucement, massant son ventre au dessus de son kimono assez épais pour l'hiver. [Froid.] des crissement dans la neige. Elle l'entendis, elle était une ninja non ? Mais elle ne fit paraitre aucune réaction, restant la, sourire béat sur le visage a regardait le ciel jusqu'à se que les bruits soie assez près pour qu'elle tourne la tête [divine beauté].

Un belle homme, un très belle homme. [Un criminel.] Qui offrait son visage a la vue de tous, mais surtout a la sienne. Qui offrait son corps et ces caprices a notre charmante ninja espionne qu'il avait devant lui. Sans le savoir, sans doutait il simplement ? Peut être. Parce qu'en plus d'être [divinement] beau, il était aussi [diaboliquement] intelligent ... C'était le lot de beaucoup de criminel que le Oi-nin ne réussissait pas a capturé. Les espion se les coltiné, mourait souvent en mission en se faisait repéré. Mais Jun n'avait encore jamais fait cette erreur. Elle n'en avait jamais fait aucune, elle le savait. Mais lui ... Lui il avait toujours des doutes c'était amusant. [Terrorisant] Soudain, la belle se redressa. L'observation de cette homme n'avait durait que quelque fraction d'une longue seconde [trop longue] et elle s'inclina devant l'homme. En respect, lui laissant le droit de lui adressait la parole ou non. L'homme approcha, et, toujours inclinait, la belle pu voir ses pieds sur le sol. De belle chaussures de cuire non usés. Il était riche, c'était certain. Soudain, elle fut basculé en arrière, tirait par les cheveux pour qu'elle se redresse. [Des crocs] Des lèvres se plaquèrent sur les sienne sans douceur, l'embrassant sans qu'elle n'y ai envie. Mais elle ne résista pas [c'était bon] Parce que cela faisait partie de sa mission aussi. Puis l'homme s'arracha de sa proie. Doucement, observant les yeux terrorisé de la femme qu'il tenait toujours. Doucement, il la lâcha, avec plus de douceur se que qu'il avait fait auparavant. Un sourire sur les lèvres [Beau] Doucement, il prit la main de sa victime, l'amenant avec lui, sans dire un mot. Mais l'esprit vif de Jun se posa bien vite des milliers de questions. Se n'était pas la premiers fois qu'il lui faisait tout ça, mais ces yeux doux juste après, qu'es que c'était ? Une feinte manipulatrice ? Qu'es que c'était ? Il voulait la mettre en confiance ? [La tuer ...]


JUN AYAME
" Maitre ?! "
" La ferme. "
KYUUSEI

Cette homme lui ressemblait. Plus qu'on ne pouvait l'imaginer [aussi vils, tordu]. Physiquement il était tout deux semblable ou presque. De long cheveux blanc, des yeux bleu très foncé pour lui, presque noirs, des yeux azurs très claire pour elle. Mentalement, il était la aussi quasiment des copie. [Tout deux pitoyable] Les mêmes atouts, les mêmes caprices, les mêmes manières de procédé. Ça n'en était que plus effrayant pour elle, qui avait toujours l'angoisse qu'il sache, mais qu'il ne dise rien, comme elle, elle ferait dans une pareil situation, profitant de l'autre jusqu'au bout.
Alors la catin fut conduite. [Fragile jouet.] Il lui tenait la main, avec délicatesse mais force. Empêchant que celle s'échappe et se sauve. mais elle n'en avait aucune attention [se serai se dévoilé.] Mais il triché pourtant, en employant ses méthodes. Mais apparemment, il l'avait toujours fait. Peut être était il de la même section qu'elle lorsqu'il était a Suna. Peut être bien. Un frisson parcourut la nuque de notre princesse. Comme un mauvais pressentiment. Il l'amenait là ou il vivait. et c'était un mauvais signe : il ne l'avait jamais fait. Et prendre avec lui une fille soi disant innocente comme elle. Soie il voulait lui faire quelque chose, soie il voulait lui montrer quelque chose ...
Elle déglutie, de plus en plus inquiète. [Terroriser.] Puis ils passèrent les larges portes d'entrer et limaille de fer, aussi haute qu'imposante. Elle observa partout autour d'elle. Impressionner pas l'architecture des lieux, mais surtout par le fait que la fuite, si il devait y en avoir une, serais très dure. Les mures lisse ne comportant presque aucune attaque, un toit très haut et très large sur le toit, se qui donne un abri en dessous, ainsi un difficulté supplémentaire pour atteindre se derniers...

Mais l'homme ne la mena pas vers la demeure principal. la menant dans les jardins, calmant son pas [calmant son cœur]. Elle observait toujours un peu partout. Cherchant un point de fuite tout en observant distraitement les fleurs et les arbres un peu partout. Mais le chemin se faisait de moins en moins beau et de plus en plus militaire. Jusqu'à une espèce de vieille grande délabré. Ou il fit entré la demoiselle. Une porte, de bois sauvage, et pourrie. puis une deuxième qui étonna un peu la demoiselle. La faisant encore tremblait. [Terroriser] L'intérieur était tout a fait étrange. les murs semblait avoir était refait, et semblait beaucoup plus épais que ce d'une maison. [anti son] Le sol lui aussi était couver de ciment et de sang.



      Cloé a coulait, c'est sur qu'elle n'avait pas pied. Cloé ma moiter, ton cœur va sans doute devenir fleur, l'eau et de toute les couleur ..
      Cloé si je pleure tu sais, sa compte pour du beurre, dit Cloé tu joue ou tu meurt ?
      Hé ho se matin, y'a Cloé qui s'est noyer. La bas, sous l'échelle, Cloé a criait quand sa petite tête s'est cogné.




Cloé, c'était son nom de code. Pourquoi Cloé ? Elle n'en avait aucune idée, et en général, on ne posé pas se genre de question, tout nom avait une histoire et elle était souvent bien triste. Alors, Cloé, si elle pleure, ne t'en fait pas, elle saura cacher les vrais raisons. [Je pleurerais pour toi.] C'est si triste non ? Qu'un homme puisse mourir si facilement ? Le regard de Jun n'en a que pour lui, cette moitié de cadavre qui bouge encore, qui remue et qui lève la tête. Qui pose ces yeux sur elle. la dévisage, sans aucun étonnement. Avait il déjà tout dit ? Son corps meurtrie, mutilé, les moignons qu'il avait au bout des mains, les balafres ouverte qu'il avait sur tout le corps. Se sang, tout se sang .. [Si triste.]


KYUUSEI
" Pourquoi tu pleure Princesse"
" Parce que ..
C'est trop triste de voir un être humain dans cette état! "

JUN AYAME

Oui, tellement triste. Elle tenta de s'approcher. Vivement arrêté par un main qui se posa sur son épaule. Une main brutale qui serra presque trop fort. Mais Cloé, qu'es que tu pouvais bien faire là. Qu'es que tu faisais là ? Jun baissa les yeux, portant ces mains vers son visage. Une deuxième mains se posa sur son épaule, la tournant vers quelque chose. Elle vit les yeux noirs bleuté du 'Maitre', il semblait avoir un léger sourire sur les lèvres, était il satisfait, mais satisfait de quoi? Il plaqua avec douceur la jeune fille conter lui [Du sang sur les doigts]. Elle pleurait, mais pas exactement pour se que l'on croyait; pauvre Cloé [Tu aura une sépulture, ne t'en fait pas.] Lâche. Et toujours en cavale. Voila se qu'étais les espions. Lâche et courageux a la fois; Capable de subir les pires sévices sans rien dire de se qu'ils sont. Capable de fermé leurs esprits au technique shinobi pour que personne ne viens a fouiller dans se derniers; Capable d'activé un sort, un sort de mort sur eux même sans avoir besoin d'aucun signe. Alors, pourquoi Cloé ne l'avait pas fait plus tôt ? Il n'avait pas pu, tout simplement. Le sceau, il était sur sa gorge, et sa gorge était bien brulé, ainsi, il ne pouvait mourir que si il le tuer, ou si il forcé les barrières de son esprit. Pauvre Cloé ...


CLOE
    " Quoi KyuuKyuu, tu sais plus quoi faire ? Tu m'amène une gonzesse pour que je parle maintenant ? voyons Mon Cœur tu sais très bien que .. "

Un coup dans la mâchoire [violence] figea ses mots dans sa gorge et laissa s'échapper du sang et des dents. Non, il n'avait encore rien dit [rien gémis] Il avait gardé toute sa fierté. Il avait gardé toute son arrogance. Et il la garderait sans doute jusqu'à la fin. Jusqu'à se qu'on le tue. [Ca ne saurait tarder]
D'autre coup vinrent succéder au premier. d'autre martèlement. D'autre punition. [Mais aucune délation] C'est si laid. La belle frissonna encore. Et elle se blottit un peu plus dans les bras cruel de cette oppresseur. Qui l'amena gentiment à l'extérieur. L'éloignant de se crime. De cette horreur. Elle tremblait toujours, pleurait toujours alors que le jeune homme caressait doucement sa belle chevelure blanche.
Sans un mot de plus, il lui prit la main, comme la premières fois, avec douceur. L'amenant avec lui sur le chemin terreux qu'elle n'observait plus, vers ses rose du japon si rouge et si belle [couleur Sang]. Pour tout l'or du monde, elle aimerais partir maintenant. que cette mission s'arrête enfin, que tout s'arrête maintenant. elle aurai tellement voulu partir sans rien dire a personne, rentrer au village! elle voulait retrouvé la chaleur des bras d'un homme qui n'avait aucune arrière pensé. Elle voulait retrouver une vrai chaleur, une vrai amitié. [Amour.] Elle voulait juste retrouver quelque chose de réel. Petit a petit, elle cessa de pleurer. Elle redressa doucement les yeux, puis la tête. Et regarda le dos de 'Kyuusei' [toujours terrorisé]. Une autre porte s'ouvrit devant eux. Une porte de bois blanc, une porte splendide pour une splendide demeure. Une demeure typé japonaise avec jardin intérieur et dont toute les pièce sont carré ou rectangulaire. Il marcha. lentement, doucement. Il n'y avait personne dans cette demeure et il l'amena. Lentement, comme une caresse, [une écorchure] vers une pièce dont elle avait déjà deviné la contenance : un chambre.
Une chambre presque vide, comportant un bureau et un sol de tatami. Et futon posé sur le sol. La poussant gentiment à l'intérieur. [Briser mes os.] Elle fit un pas, puis un deuxième et l'homme referma la porte derrière lui, s'approcha de sa princesse, caressa ces bras du bout des doigts, plaquant le dos de la belle sur son torse et enfouissant sa tête et sa langue dans le coup de la princesse. Croyait il avoir affaire a une femme banal ? Ou avait il toujours un doute? Il n'y eut aucun mot. aucun mot de plus lorsqu'il l'embrassa sur les lèvres après l'avoir tourné vers lui, aucun mot lorsqu'il eut finit de la dévêtir. Il n'y eut aucun mot noyer dans les larmes de la belle. Aucune détresse visible.

Jusqu'à se qu'il meurt. [Parce qu'elle ne pouvait plus] Jusqu'à se qu'il meurt. [Parce qu'elle ne pouvait pas.] Il ne fit que sourire comme si il ne voulais que ça. Avant de tomber dans le futon, sans même avoir pu gouté au plaisir que procure notre princesse. Il ne fit que tomber. sur le dos, couvrant son sol d'une liqueur aussi rouge que les roses qu'il y avait à l'extérieur de la demeure. Et la belle, sans un mot de plus se redressa. Elle remit ses vêtements, et avec elle, son jouet, son double. Celle qui lui servait bien souvent de couverture. Celle qui l'avait protéger mainte et mainte fois, la lame gorgé de sang. Elle s'éloigna. Sortant de la pièce. Marchant avec délicatesse sur les tatamis. Laissant des goute de sang loin derrière elle, goutant de la belle marionnette qui la suivait toujours a bonne distance.

Mais, elle, elle savait se qu'elle allait faire [fatal évidence]. Elle marchait, elle sortie de la demeure. elle marcha encore [vers la futur hécatombe] Elle marcha. Doucement. Doucement. Puis ouvrit la première porte. Puis la deuxième. Retrouvant Cloé, dans un pire état. mais toujours vivant, et étonner de voir la belle princesse seul. Lui il n'était pas seul, [il le sera bientôt] Elle fit un nouveau pas avant que les rejeton du diable ne lui saute a la gorge. [avant qu'il ne s'efface au sol, tranché par un câble diabolique.]
Elle, elle était autre chose. Elle n'était pas un ange non. elle n'était pas un démon non plus. Elle était humaine [Même si c'est le plus dure].

J'irais leurs dire la pâleur de tes yeux. Qu'il avait la profondeur de nos cieux. Et je sais qu'ils marchent sans savoir ou tu es. Et que c'est nos jambes qui les portes tous.
Dans un océan d'ombre qui mélange nos cœurs a tous. Une intelligence commune qui nous pousse au meurtre. Détaillant ne fait dans l'encre indélébile de nos cicatrices. Un échos de mort qui parcoure nos âmes et qui s'écoule de notre bouche.
J'irais leurs dire que on cœur ne sais jamais fatiguait. J'irais leurs dire que l'or ne s'est jamais écouler d tes lèvres et que ton velours est toujours resté intacte; Mais j'irais aussi leurs dire qu'il est très tard maintenant. Que tu restera pour l'éternité dans les étoiles. Si belle, si bonne.
C'est si doux cette brulure, là où ta main me touche. c'est si doux cette piqure, la ou tes lèvres embrasse les miennes. Un derniers cadeau. Un frisson. Et un merci.
Parce que tu n'aurais pu revenir. Parce que tu n'aurais fait que ralentir ma fuite. Et parce que tu le savait. Parce que tu es une espèce d'enfant, parce que tu as t'en souffert, que je t'offre ma main pour t'achever. Et mes lèvres pour cueillir les tiennes.
Je te tue, comme si c'était moi.

Et maintenant ? Il fallait rentrer. [Et tout bruler.] Il fallait partir. [Et tout oublier.] Alors elle s'attela a la tache. Brulant tout, même les souvenirs. Voulait tout oublier, mais certaine chose reste marqué. Toujours.

Même si sa mission serait un échec, il fallait qu'elle efface tout maintenant. [Il le faut.]

Lorsqu'elle fut arrivé a mit chemin vers Suna, le feu n'avait toujours pas était maitrisé. Il prenait de l'ampleur encore, brulant tout se qui resté de cette foutue baraque. Brulant encore et encore. Peut être qu'un jours, il réussirait a éteindre ses flammes. [Celle de nos cœurs, a nous, ninja.] Jun parvint enfin au village. le voyage fut fait d'une traite, et elle ne sentit même pas la fatigue une fois arrivé au cœur de Suna. on ne la reconnue pas non plus, elle avait changé en deux ans de mission. Elle avait mincis, elle était plus belle encore.
Mais, le Kage lui, il la reconnaitrait. Alors, elle se dirigea vers son bureau. Parcourant le village sur les toits, a vive allure faisant brillait l'effigie de Suna a sa gorge. Faisant brillait l'emblème de son village.
alors personne ne l'arrêta. et peut être au font qu'on l'avait reconnue ?
Elle ne pu entré par la porte principal; Trop proche d'une grande fenêtre ouverte de la tours pour avoir la décence de passer par la ou les êtres humains son sensée normalement passer. Elle pénétra dans la pièce. Une espèce de salle d'attente. Et sortie pour grimper encore d'autre marche. Encore et encore [des marches douloureuse] Et frappa a la porte d'un bureau connu. Celui du kazekage. Avant d'entrer et de s'incliner.


JUN AYAME
    " Jun Ayame au rapport. [Un brin de silence] Mission n° 146.34 achevé. La cible est morte ainsi qu'un petit nombre des gardes présent. Et Cloé ..."

Se n'était pas la mission convenu. Elle le savait. Il le savait; Un kage n'oublie jamais ou il envoie ses shinobis, surtout dans se genre de missions. La belle ferma les yeux. ne voulait pas observait le gamin qui était son kage. Le gamin fort pourtant, au cœur qui avait changer [qui avait été mutilé aussi]. Un boule se serra dans sa gorge. Elle ne pouvait plus dire un mot de plus, mais elle savait qu'elle devrai aller voir la famille de Cloé, ainsi que la section pour leurs apprendre la mort de l'un des leurs. Elle le savait tout ça. Alors ...


SUBAKU NO GAARA
    " Je comprend. Veux tu l'expliquer a la famille?"

Fit simplement son Kage charismatique. La demoiselle releva la tête; les yeux larmoyant, comme depuis qu'elle était partie de là ou elle s'était trouvé pendant deux années. Elle hocha la tête. C'était a elle d' annonçait cela à la famille. A elle seul.
Alors, le Kage hocha la tête a son tours, la laissant partir. La laissant s'éloignait. réfléchir a ses mots. Réfléchir a tout se qu'elle devait dire [ou ne pas dire]. Mais c'était une famille de ninja, se serait, sans doute plus simple de leurs dire, qu'ils comprennent.

Une porte. Comme une muraille se dressa sous les yeux de la demoiselle. Une porte, si belle et si triste que la demoiselle ne pu empêcher une larme de rouler sur sa joues. Quelqu'un ouvrit. Une mère sans doute en vue de son regard craintif. Une mère qui put voir, et comprendre. Parce qu'elle était une mère, parce qu'elle avait cette instinct pour son enfant. Une mère ninja, cela se voyait aussi. Parce qu'elle savait contenir ses larmes elle aussi. Parce qu'elle aussi avait du mal à retenir les perles qui dévaler son visage. Et elle fit entrer Jun. Sans un mot. Parce qu'elle voulait des explications, et parce qu'elle ne voulait pas être seul.


JUN AYAME
    " Votre fils ... A était très courageux. Il est .. partie en héros. "

Devait elle dire que c'était elle qui l'avait achevé, devait elle leurs dire l'était ou il était lorsqu'elle l'avait tuer ? Devait elle leurs montré comment, leurs dire pourquoi ? Non. Cette mère savait que son fils était en mission. Elle savait qu'il y avait toujours un risque qu'il ne reviennent pas. Mais, n'est pas encore plus difficile ? Jun n'aurait elle pas préféré que cette mère lui crie dessus, qu'elle la frape, qu'elle lui face mal ? Es ce que ça aurait été plus simple ?
Mais, c'était aussi plus facile de savoir, plutôt que de ne jamais connaitre la vérité, que d'avoir toujours un doute sur la vie éventuel de notre enfant.
Alors, la dame sembla murmurait un léger son de remerciement. Un gémissement plutôt qui eut dut mal a traverser ses lèvres fermé. Elle s'inclina un peu, puis raccompagna la princesse a la porte.
Et ils se laissèrent seul dans leurs tristesses. Parce qu'aucun mot ne saurai soigné les plaid d'une mère qui dois enterrer son fils..


" La mission fut un échec.
Un échec de deux ans
Noyait dans les flammes et le sang. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ayame Jun : L'iris Pure.   Lun 13 Sep 2010 - 3:14

La présentation est soignée, la qualité est là même si j'aurais voulu évité certains détails qui m'ont traumatisé a vie... e_e
Je dois être d'une crédibilité monstre.

Juunin marionnettiste de Suna.

Nous savons pour ta demande spécial tu veux le Jutsu de Sasori pour transformé des humains (mort) en pantins. Comme je l'ai dis plus haut la qualité et le soin est là malgré quelque fautes d'orthographe.

Limitation que j'impose :

- Tu ne pourras pas changé personne en Sasori (pantin vivant). Seul lui était capable de le faire.
- Tes pantins seront extrêmement limite sur les jutsu qu'ils emploieront. Dojutsu impossible puisqu'il n'ont pas de sang. Ils auront que très peu de jutsu2 voir 3 et très peu de chakra de quoi en faire deux voir quatre.
- Tu pourras mettre toute arme que tu veux dans la marionnette, ainsi que le poison (qui serra bien sur quatre fois moins puissant que celui de Sasori) a la seule condition d'avoir les objet en ta possession.
- Etant marionnettiste tu ne peux pas faire de Ninjutsu (Katon, ect, ect, ...)


Si je te met des limites pareil c'est pour que Sasori reste Sasori. Il est considéré comme le meilleur mario' j'ai pas envie d'le faire passer pour une merde en deux deux.

Tu veux quoi comme pantin du début ? J'm'en branle de son apparence j'veux juste savoir si c'est attaque, défense, ou capture.

J'crois que j'ai tout dis.
Revenir en haut Aller en bas
Jun Ayame
Juunin SunaJuunin Suna
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/09/2010


Feuille Ninja
Points de Chakra:
800/880  (800/880)
Points de Vie:
800/800  (800/800)
Techniques:

MessageSujet: Re: Ayame Jun : L'iris Pure.   Lun 13 Sep 2010 - 3:19

La marionnette d'attaque :]

Voila les jutsu :

Fuiin Jutsu
- Fuuinka Koui
- Juin Jutsu
- Goguou Kaiin
- Goguou Fuuin

Kugetsu
- Kugutsu no jutsu
- Kawarimi du marionnettiste
- Kairai Engeki
- Kikou Junpuu
- Hitokugutsu
- Bokujin sou

10 pour un Juunin (il me semble), pas de Ninjutsu, juste du Fuiin ( pour aller avec la tech de Saso) et du Kugetsu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ayame Jun : L'iris Pure.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ayame Jun : L'iris Pure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Critique de la raison pure [essai]
» Fatal Bazooka - Ce matin va etre une pure soirée
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» Passion of Iris / Random Booster
» En cours d'écriture Boule Scintillante | Chaton => Iris
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Kousen :: Archives-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com