Partagez | 
 

 Sourire Vicieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jizō
Juunin KiriJuunin Kiri
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 25
Localisation : France, Paris


Feuille Ninja
Points de Chakra:
800/800  (800/800)
Points de Vie:
800/800  (800/800)
Techniques:

MessageSujet: Sourire Vicieux.   Mer 25 Aoû 2010 - 13:00


AKUMA JIZŌ


Kiri no Juunin

Nom: AKUMA
Prénom: JIZŌ
Age: 21 ANS
Taille|Poids: 172cm | 52kg
Nindô: Secret
Village: Kiri no Gakure
Entrée à l'académie: 9 ans
Promotion Chuunin: 11 ans
Promotion Juunin: 15 ans


- Spécialités -


NINJUTSU - L'art de modeler le Chakra en un élément, et comme la plupart des Kirijins, Jizō est naturellement attitré à l'élément Suiton qui est sa seule affinité. Il maitrise avec grâce le Suiton, et l'use afin d'agrémenté ces danses d'un patinage aqueux ou alors de lame d'eau, si ce n'est une brume aussi illusoire que réelle. Ne portant pas vraiment d'intérêt à blessé un ennemi avec cet art si gracieux, Jizō l'utilise principalement donc comme soutien pour sa maitrise du sabre. Il en reste un atout considérable sous sa manche qu'il use avec finesse. KENJUTSU - L'art de manier son fer, une façon de combattre qui est devenue la plus populaire à Kiri. Jizō après avoir eu un enseignement profond des bases de maîtrise de la lame à su crée son propre rythme de balance de taillades en inventant un style qui lui est propre lorsque son rallongement de bras atteint son maximal avec sa lame, c'est à dire 8 mètres, il se mouvemente alors d'une façon qui ressemble à une ballade ou une danse, parsemant l'ennemi d'entaille qui sont difficilement prévisible. GENJUTSU - L'art de manier les illusions dont il a une maîtrise très développé principalement dû à sa pupille qui en fait une réelle arme. Les illusions peuvent même trompé le second Dojutsu de Konoha, le Byakugan, qui en fait son ennemi naturel. Cependant elles ne s'arrêtent pas là, et leurs réels intérêts en combat résident dans la faculté de berner sa position à l'ennemi, jeu amusant pour l'épéiste qui ne manque pas de cruauté à cet égard. C'est son réel don.

_ _ _ _


- Art du Combat -


DOJUTSU - Dissimulé derrières des paupières généralement rabattus, se cachent sans doute la meilleure arme de JIZŌ, l'Akumagan. Ces yeux ne font même pas offices d'une quelconques légende, ou un passé de sang, ils sont tout bonnement inconnus du monde ninja et n'apparaisse pas dans le référencement des Dojutsu aux cotés du Byakugan ou encore du Sharingan. Mais la puissance de ces pupilles n'a d'égalé que leurs impopularités, le plus souvent associés à une brume ces yeux peuvent donner vie à des illusions dangereuses qui en ont trompés plus d'un. Permettant une vue totale sur la zone de combat tel le Byakugan, ce pouvoir permet le contrôle de tout un champ de bataille, et en fait une arme qui ferait enviés plusieurs pays.




LAME & AUTRES ARMES - C'est à l'aide d'une lime en fer bien aiguisé que le jeune a su se défendre dans les quartiers fauchés du pays de l'eau, c'est aussi à l'aide de pierre et autres rocs qu'il combattait pour sa survie, pour sa faim. Si l'afre de la pauvreté avait su rapporter quelque chose à JIZŌ, c'est bien un instinct de survie de fer et une disposition au combat qu'il acquit à un âge ou l'on devrait apprendre à marcher ou parler. Sur l'enclume du désespoir, le marteau avait battu sa propre chair, forgeant un homme qui fait de la moindre parcelle de son corps une vraie arme, décapitant ces ennemis d'une main, ou renflouant leurs estomacs d'un coup de pieds, il a su quand même s'adapter à des armes plus perfectionnés, et dans le domaine du Kenjutsu, maîtrisé à la perfection les armes de base qui sont la Lame, le Shuriken, le Kunai, ainsi que tout autre équipement qu'il utilise avant que la nécessité l'y oblige.

SUITON - Un art aussi gracieux que voluptueux pour JIZŌ que la maîtrise de l'eau. Tout jeune il appris à crée un fin trait d'eau sur la pointe de son pied droit pour se mouvoir à une vitesse vertigineuse, et ainsi toute sa vie il ne cessa d'apprendre d'autres jutsus qui agrémente son panel de technique et lui permettre de faire face à plusieurs situations. Le suiton lui sers ainsi de soutien d'attaque & de défense tout en lui offrant la possibilité de mener son adversaire à commettre une erreur & profiter de celle-ci dans une attaque meurtrière.





_ _ _ _

- Techniques -


DOJUTSU -
- Akumagan


SUITON -
- Ninpô KiriGakure no Jutsu
- Suijinheki no Jutsu
- Teppoudama no Jutsu
- Patinage Aqueux
- Arme de Chakra


GENJUTSU -
- Magen : Muchitsujo no Bikimi Kage
- Oboro Bunshin no Jutsu
- Genjutsu Gaechi


_ _ _ _

- Histoire -

La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur
Qui s'agite et parade une heure, sur la scène,
Puis on ne l'entend plus. C'est un récit
Plein de bruit, de fureur, qu'un idiot raconte
Et qui n'a pas de sens.


J'ai grandis dans un monde dans lequel l'esclavage n'est pas abolit, un monde dans lequel tout est éphémère, un monde dans lequel la meilleur tactique c'est l'attaque, j'avais l'impression de voir une pièce de théâtre avec des effets de merde.
Jizō, tel était mon nom, l'Akumagan, tel était surnommé mon pouvoir, pour les pupilles de démons qu'il me dotait. Jeune orphelin, sans parents, sans liens, je me retrouve à l'âge de 5 ans à erré dans ce que l'on appelait les quartiers les plus malfamés d'un pays qui lorsque Konoha, Kiri, Iwa et autres grands villages faisait la guerre pour le pouvoir, le mien faisait la guerre contre la faim, et c'est dans cette guerre qui touchait aussi bien les nouveaux nées que les nouveaux morts que mon entrainement se fis à base de corps décapités, têtes sans cervelles, et corps gersés. Usant d'une lame, pour subvenir à mon besoin essentiel qui était la faim, mais aussi à mon besoin existentiel, celui du meurtre. Jusqu'à un jour de printemps, un jour où les cerisiers était en fleur et où le sang coulait à base d'effusion qui se dégageait du trait de tranche de ma lame envers 3 voyous, le sourire narquois l'on m'accosta, l'on me désarma, l'on m'interrogea, l'on me questionna, l'on me ramena à Kiri. Mon accord ne leur semblait guère important à ces hommes vêtues de treillis et armé d'épées dépassant la taille de leurs corps.

Dans une obscure clarté, je fus déposé yeux bandés toujours sans armes dans ce qu'il semblait être le fameux examen de Kiri -me laissait supposé les cris d'enfants qui berçait mes oreilles. Là aussi le sang coulait à flot, à croire que le meurtre tâchait aussi bien le pays où j'ai vécu que le village où je me pointe. Et c'est dans une harmonie rouge, que mon pouvoir s'éveilla, qu'à travers le lambeau de tissu qu'on m'avait attaché, se dégage une lumière phosphorescente rouge qui fit tremblé les plus gros loubards de la pièce, et que dans cette même couleur vermeille, soit décoré toute la pièce à l'aide du pinceau qu'était mes mains, et de l'encre qui était leurs corps. Je fus adoré en tant que Genin, détesté en tant que meurtrier, je venais de comprendre les raisons de ma venue ici, Dieu m'avait trouvé l'endroit parfait pour m'amusé, pour grandir, et me forger le destin de faucheuse auquel j'étais destiné.


Dernière édition par Jizō le Jeu 26 Aoû 2010 - 6:30, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi Hatake
Rokudaime HokageRokudaime Hokage
avatar
Messages : 151
Date d'inscription : 02/05/2010


Feuille Ninja
Points de Chakra:
900/940  (900/940)
Points de Vie:
900/900  (900/900)
Techniques:

MessageSujet: Re: Sourire Vicieux.   Jeu 26 Aoû 2010 - 3:58

Test Rp : Un entrainement à l'Akumagan.
Par contre, promotion Juunin à 12 ans, ça le fait pas, au moins 15/16 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasuke Uchiha
Chef TakaChef Taka
avatar
Messages : 168
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 25


Feuille Ninja
Points de Chakra:
0/1200  (0/1200)
Points de Vie:
0/1200  (0/1200)
Techniques:

MessageSujet: Re: Sourire Vicieux.   Jeu 26 Aoû 2010 - 4:20

Yo. Désolé mais après avoir demandé l'avis de Jerboul et Momo , on ne peut t'autoriser le Akumachin et ces pouvoirs en plus du titre d'épéiste.
Comme tu le sais, un seul personnage héritera de ces jutsu, il est préférable que ce soit quelqu'un n'ayant pas déjà de récompense quelconque.

Merci de faire les quelques modifications de ton histoire a ce sujet avant qu'on puisse te donner un sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jizō
Juunin KiriJuunin Kiri
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 25
Localisation : France, Paris


Feuille Ninja
Points de Chakra:
800/800  (800/800)
Points de Vie:
800/800  (800/800)
Techniques:

MessageSujet: Re: Sourire Vicieux.   Jeu 26 Aoû 2010 - 6:32

Il y a 10 ans,


Ce jeune homme, là-bas, adossé aux casiers verts, a les yeux rivés depuis dix minutes sur la lame d'un Wakizachi. Il ne regarde que ça, il n'écoute que les mots qu'il semblait lui soufflé. Il ne bouge pas, seulement changeant d'appui d'une jambe à l'autre. Les gens passent devant lui, sans le voir, mais il ne les voit pas non plus, comme deux mondes séparés. Un homme banal pourtant mais qu'on se garde bien d'éviter, pour une raison qui lui échappe encore. Il sort de la bâtisse et se prend de plein fouet une pluie drue et froide comme le vent qui la porte. Les autres gens se démènent pour sortir leur parapluie mais ça ne sert à rien, les bourrasques sont trop fortes, trop violentes. Il se délecte de l'impact de l'eau glaciale sur sa peau chaude jusqu'ici. Il monte le long du trottoir, trempée jusqu'aux os et arrive à un abri bondé de petits braillards, il aimerait les égorgés pour ne plus entendre leur voix couinante mais il se vide l'esprit et se montre impassible jusqu'à ce que d'une poigne forte, un homme lui lacère l'épaule :

    « Qu'est-ce tu fout encore là ? Au dojo tout de suite. » rétorqua l'homme qui disparut le temps que JIZO s'aperçoive de sa présence.

~10 minutes plus tard~

La salle était grande, les murs épais, tout ceci baignait dans l'obscur clarté qu'offrait les lumières voilés de tissus sur les murs, sous le bruit sourd des chants des oisillons qui récitaient leurs chorales dans les fenêtres ouvertes de la pièce comme à chaque couché du soleil dans le Dojo qui se trouvait sur une péninsule de Kiri. A l'abri des regards, ici se forgeait le mentale & le physique de ceux qui deviendrait l'élite Kirijin, ceux qui rejoindront la garde du village, où au contraire, la déserterons, cependant, la seule chose qui les rejoignent, c'est la douleur de l'entrainement qu'ils ont vécu ou plutôt subis ici. La porte faite d'un métal massif, gronda alors pour que dans son immensité, le petit frêle de 8 ans puisse s'y introduire à travers la maigre fente qu'il s'était faite de la faiblesse de ces bras. Au milieu de la pièce carré qui faisait une vingtaine de mètres le côté et qui était recouvert de tatami, un homme était là, assis en tailleur semblant attendre le jeune homme de son bout de bois -qui semblait être une canne- à la main. Le visage creusé par le coup de pouce d'un sculteur aguerrit, le front tailladé de rides, les bras qui commençaient à se décomposé sous les tâches de vin qui recouvrait sa peau, on pouvait discerner en la moindre parcelle de chair les années de vie, et les vies de ces victimes qui étaient passé par là. Ces ongles crochues mais polis, et son teint légèrement frais tel ces cheveux laissait cependant discerné que sous cette brute se cachait un homme -vieux certes- mais soigné. Et c'est sa voix rauque, que le jeune homme fut accueillit.

    « JIZO... Fils de bâtard, je t'avais dis : Pas d'armes dans le Dojo. »



    « Sumimasen, mais respecté cette règle me forcerais en plus de laissé ma lame s'ennuyait dehors, à me délecter aussi de mes bras, de mes pieds, de mes dents, de tout ce qui pourrait subvenir à la mort que vous attendez tant. » répondit le frêle au sourire passif.

C'était dans une tension amusante qu'était plongé la salle, d'un côtés l'homme aguerrit d'expérience qui se doit d'institué le jeune homme, de l'autre celui-ci qui... s'amuse... La main ouverte du vieillard quitta alors le contact avec le tatami pour se mettre en évidence devant les yeux plissé de JIZO, et dans sa magnificence l'instituteur repris parole.

    « Silence... sais-tu combien d'os cette main à t'elle pu brisé ? Qu'importe, il est bien mieux que tu es apporté ton fer, tu en aurais besoin de toute façon. »

S'élevant de sa position en tailleur, laissant son ombre immense submergeais la salle, drapant le Genin d'un voile obscur, la main que l'homme avait tendu se mouvementa dés lors pour se bloqué sur un mudras, et de ce mudras, suivi alors le tâtonnement de sa voix rauque, pour que dans le silence qu'il avait provoqué, son ombre puisse comme par magie s'élargir on ne sait comment, de plus en plus, incubant toute la salle dans la noirceur d'un minuit sans lune, un courant d'air passant, fermant portes & fenêtres, éteignant les feux, & allumant le doute dans l'esprit du jeune homme, à présent seul accompagné de l'ébène.

Et c'est ainsi que le jeu commença ~

    « Kuchiyose no Jutsu ! » incanta-t-il.

S'bouf ! S'bouf ! Plusieurs bruits semblables à des sacs de farines qui éclatèrent dans toute la salle se firent entendre, plongé dans la ténèbre il était difficile de savoir à quoi s'attendre, alors l'esprit se pose des questions, beaucoup de question, il appréhende la scène, ne sachant que faire, et le fait savoir à travers l'incertitude qui se dégageait de la face du Genin, tourne l'oeil à droite, tourne l'oreille à gauche, marche un pas, un deuxième, rien à voir, c'est toujours la même chose, toujours ce même bruit de claquement de bois sous les pas du jeune homme, et rien d'autre. Aucunes odeurs, si ce n'est la salle qui sens à présent la mort alors que la faucheuse n'avait pas encore fait son travail, aucunes vues... rien. Une petite minute passé, le Genin toujours aux aguets pu alors se faire stimulé un de ces sens, celui du toucher à travers la douleur d'une taillade représenté sous le long et large ligne d'une griffure en son dos, lacéré il fut-il, par quoi ? A en juger par la taille de la chose qui lui avait sauté dans le dos, on aurait pu croire à un félin de taille humaine, cependant les multiples bruits de tout à l'heure laissé supposé qu'il n'était pas seul, et sa théorie fut confirmé quand de toute part les entaillures se firent sentir, accompagné par des sons, où plutôt des cris similaires à ceux d'un animal assez rare dans ce monde, la hyène.

Se libérant de l'étreinte de ces félins canidés à travers une esquive à droite, une autre à droite et une à gauche, le jeune homme se laissa entrainé par son instinct de bête, arborant des coups de lames dans le vide, jusqu'à ce que son arme puisse trouvé fourreau dans le corps d'une de ces bêtes, un coup de chance semblait lui avoir sourit, mais cela ne se reproduisit plus dans les secondes qui suivirent, et lorsqu'il si attenda le moins, un répit fut provoqué par le son de la canne de son maître fracassant le sol, un son qui se fit entendre à 360°.

    « L'espoir est comme le ciel des nuits : il n'est pas coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile. Tu possèdes cette étoile, tu es ici pour révéler ton pouvoir comme tu l'as fais accidentellement à l'examen Genin. Cet entrainement à été crée pour les tiens, rejeton bâtard du clan Jin. Brandis donc cette arme ! Ouvre donc les yeux ! Ouvre les ! Ce n'est pas à une obscurité crée par un vulgaire Genjutsu de voler ta vie. Brandis ton arme, et lorsque tu attaqueras, ce ne sera non pas pour te défendre, mais pour tuer ! »




Et bizarrement, lorsque dans une ouie parfaite l'on pouvait entendre les pattes de velours des bêtes approchés à grands pas, alors que le Genjutsu du vieil homme était censé avoir tout rendu à l'obscurité, on pouvait distingué deux halos phosphorescentes vermeils, comme deux lucioles dont la lumière était conjugué à un son, celui d'un éclat de rire qui était pire que celui des hyènes, qui leurs faisaient eux mêmes peur, les bloquant dans leurs mouvements, comme bloqué par une mort soudaine qui ne se fit pas attendre...

~Une moitié de minute plus tard~


Un mur en bois éclaté laissé une ouverture entre le dojo et le monde extérieur, les pieds nus sur l'herbe fraîche, le jeune homme était là regardant le cadavre empestant la mort de la hyène qui avait survécu le plus longtemps, dont le corps était là à languissait devant lui la gueule ouverte. La lame qu'il avait n'était plus là, seul sa main de fer était tâchait de sang, un sang qui coulait à flot.

Profitant d'un silence pour admirer la scène, il pu alors entendre des pas familiers se rapproché de lui, le vieil homme était là, son Genjutsu dissipé laissé la lumière se rétablir. Regardant le jeune homme dont les yeux s'était renfermé d'un air intrépide, sans aucun mot, le laissant parlé.

    « Divertissant... » répondit le frêle au sourire passif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi Hatake
Rokudaime HokageRokudaime Hokage
avatar
Messages : 151
Date d'inscription : 02/05/2010


Feuille Ninja
Points de Chakra:
900/940  (900/940)
Points de Vie:
900/900  (900/900)
Techniques:

MessageSujet: Re: Sourire Vicieux.   Jeu 26 Aoû 2010 - 6:44

Validé Juunin de Kiri avec l'Akumagan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sourire Vicieux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sourire Vicieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé
» * sourire machiavélique *
» Videos qui vont vous donner le sourire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Kousen :: Archives-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit