Partagez | 
 

 Kyuia Itami } [E.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Kyuia Itami } [E.C.]   Mar 24 Aoû 2010 - 16:10




        KYUIA ITAMI
        - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



        THIRD BLADE OF KIRI





      - PRÉSENTATION GÉNÉRALE -
      — Nom:
      KYUIA
      — Prénom: ITAMI
      — Age: INCONNU
      — Taille: 1M64
      — Poids: 48 KILOS

      - PRÉSENTATION DU SHINOBI -
      — Grade:
      3e ÉPÉISTE, élite de Kiri
      — Nindô: AUCUN
      — Village: KIRI GAKURE



CAPACITÉS PERSONNELLES

        — SPÉCIALITÉS

            KENJUTSU — L'art de manier le sabre. Grâce à cette spécialisation, Itami peut réussir des manoeuvres qu'un shinobi banal ne pourrait pas. Sa lame devient un prolongement de son propre corps, capable de lui donner vie et de la contrôler à sa guise. Tout comme elle, certains épéistes considèrent même que leur propre coeur se retrouve scellé au creux du métal de leur sabre.
            NINJUTSU — L'art de manier le chakra. Une spécialité de base pour tout shinobi, peu importe le grade. Ayant dans le sang les affinités Suiton et Raiton, Itami peut par la suite modeler sa propre essence pour lui donner une forme liquide ou violemment électrisante. Plus un ninja excelle dans cette spécialisation, plus ses créations deviennent incroyablement puissantes. Voilà un niveau que nimporte quel épéiste atteint, ou cherche a atteindre.

        — AFFINITÉS
            RAITON — L'art de la foudre. Certaines légendes disent que les gens avec l'affinité Raiton sont naissent seulement lorsque la foudre touche la surface de la terre, soit pour un rapport d'une naissance pour un contact. Progéniture du Dieu de la Foudre lui-même, les shinobis dotés de cette affinité se voient en mesure de controler les énergies statiques et électriques qui se déroulent autour d'eux sous différentes formes. Certains se sont perfectionnés à pouvoir faire descendre des bêtes du ciel. Pour le cas d'Itami, ses capacités de contrôle sont amplifiées dû à ses épées Rai Rōga. L'âme d'Itami est un éclair somnolent, c'est pourquoi son utilisation de la puissance électrique ne l'épuise pas.
            SUITON — L'art de l'eau. L'eau, l'ennemie qui fait réagir la foudre si violemment. C'est difficile à croire que deux extrèmes peuvent coopérer dans un ensemble. Le sang de l'épéiste doit être fragile et facilement réactif puisqu'il contient ces deux chakras si différents. Toutefois, le mélange de ces deux sont sublimes. Itami aime bien utiliser à la fois les jutsus Raiton et Suiton pour créer des pièges silencieux et des meurtres rapides. Ayant cette affinité, elle se voit dotée d'un contrôle sur l'eau et l'humidité, comme la brume, dans laquelle elle s'est perfectionnée pendant plusieurs années à pouvoir faire devenir qu'une avec celle-ci.
            RANTON — L'art de la tempête. Violents, désastreux et bruyants, voilà trois mots pour bien décrire les jutsus qui naissent de cette affinité. Combinaison du Raiton et du Suiton, une vitesse d'éclair et une puissance de torrents naissent du mélange magnifique qu'est le Ranton. Pour Itami, cet assemblage est une grande évacuation de sentiments négatifs, chargeant la foudre de haine et l'eau de tristesse. Un joli spectacle dangereux s'installe lorsque cette affinité est utilisée.

        — POINTS FORTS ET POINTS FAIBLES

            INVENTAIRE — Rai Roga. L'épée qui contrôle l'essence même de la foudre. Cette lame, qu'Itami considère comme sa vie et sa seule raison d'exister, est à l'image de sa porteuse: froide, violence et dotée d'une puissance extrème. Il est très rare de la voir rangée dans son fourreau. Fréquemment vue sous la forme d'une seule lame, Rai Roga peut se diviser en deux petits sabres. Lorsqu'elle se retrouve dans sa main, elle permet à Itami de ne pas devoir faire des mudras à l'execution de jutsus Raiton. Même si elle la lave continuellement, Itami la trouve toujours sale et tâchée de sang. C'est d'ailleurs pourquoi certains disent que la lame a souvent des reflets rouges lorsqu'on la met au soleil. La lame a quelques surcroissances, ce qui lui donne une allure d'éclait ou même de croc, utile pour pouvoir frapper et percer ses proies. Ce sabre est la plus grande fascination de l'épéiste.
            SENS — Développés. Durant ses années d'entraînement solitaire, la Mizukage et le sage Fu lui donnèrent une longue scéance d'amélioration des sens, plus précisément l'ouïe. Pour pouvoir s'adapter à son environnement silencieux, elle dû suivre plusieurs scéances de méditation et d'exercices sonores. De lourdes conséquenses lui étaient données si elle en complétait pas bien les tâches. Après avoir perfectionné son ouïe, ses "sensei" lui enseignèrent le jutsu interdit qu'utilisait la légende Zabuza Momochi, Dissimulation Brumeuse pour créer une combinaison parfaite. La jeune femme possède les traits assasins de l'épéiste déchu.
            COMBAT — Après avoir appris KiriGakure, deux autres années de perfectionnement furent nécéssaires pour apprendre le jutsu interdit qu'est Dissimulation Brumeuse. Mei disait souvent que Zabuza était un grand ninja, toutefois corrompu. Elle voulait donc recréer une ninja qui serait à l'image des deux grand Épéistes déchus, Momochi et Kurosuke Raiga. Ayant les épées de Raiga et la brume de Zabuza, Itami le serait-elle vraiment ? Sa façon de combattre rappelle très bien les deux shinobi. Ses meurtres sont silencieux, violents et puissants. Toutefois, personne ne pourrait penser qu'une si jolie dame pourrait être si monstrueuse.
            VIOLENCE —Pour tout shinobi, parfois ses points forts sont aussi ses points faibles. Même si son passé reste inconnu, les conséquences physiques et psycologiques sont restées. À l'image ou même la pensée du sang, une certaine folie s'empare d'elle, une violence instoppable. Sur son dos se trouvent plusieurs cicatrices, certaines plus grosses que d'autres, mais toutes aussi douloureuses. Ses sautes d'humeur et ses soifs de sang sont très difficilement controlables, même après plusieurs années d'entraînement. Une touche de délicatesse est tout ce qu'on doit lui donner pendant ces moment de rage.



        Citation :
          Nota Bene — Puisque Zabuza est mort et indisponible, je veux tenter d'avoir le jutsu Dissimulation Brumeuse. On m'a informé que si mon niveau est suffisant, je pourrai l'obtenir.
          2 — Le jutsu Kirisame est-il seulement pour l'Anbu ou est-ce que les Épéistes peuvent l'avoir aussi ?
          3 — Je précise que je me présente pour le rang d'Épéiste, plus précisément porteuse des épées Rai Rōga.


Dernière édition par Kyuia Itami le Jeu 26 Aoû 2010 - 8:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 10:25

PRÉLUDE
-----------------------------

    En tant que narratrice, c’est de coutume pour moi de commencer avec le début. Toute histoire a un commencement, une base introductive au récit. Mais voyez vous, c’est devant ce cas très spécial que je repose perplexe, démunie de tous mots, fixant un réel vide. La mémoire est le trésor le plus cher que peut contenir une âme; en autres mots, l’essence d’une vie regroupe les souvenirs des expériences vécues par l’autrui, et c’est la valeur de celles-ci qui enrichit le bagage spirituel. Aussi douloureux qu’ils puissent être, ou aussi jouissifs, ces fragments de mémoire sont la plus belle invention naturelle du corps humain. Votre vie et votre histoire sont vos biens les plus chers, et aussi vos plus grandes menaces. Pensez-y bien : la seule raison pourquoi l’on voudra vous tuer un jour, sera en conséquent de vos actes précédents, du nom qui coule dans votre sang, ou même d’une ancienne histoire de rivalité qui s’abouti à une vengeance violente. Même quand votre récit deviendra trop long, vous perdrez la vie, c’est ce qu’on appelle la vieillesse.

    Toutefois, si je peux me le permettre, je vous l’assure : tout ça en vaut la peine, tous ces souvenirs que vous possédez, ils sont sublimes. J’en suis jalouse. Ne les prenez pas pour acquis, car là je n’hésiterai pas dire que vous êtes un réel gâchis. Mon nom ? Amnésique, dirons les villageois. Certes, je sais que c’est plutôt mon diagnostique, mais sans vous le cacher, je n’aurais pas pu vous répondre autrement il y a quelques ans. L’ayant eue toute votre existence, vous avez probablement pris votre identité pour un simple symbole qui vous est propre…par contre, je peux vous assurer que c’est un bien joli sentiment d’avoir son propre nom. C’est la Mizukage d’aujourd’hui qui me prénomma, tandis qu’un prêtre du Temple Mizu, nommé Fu Kyuia, me fit l’honneur de porter le tien. Grande et élégante comme l’est sa gentillesse, la femme la plus noble du village choisit Itami comme nom de code, en ayant besoin pour pouvoir me donner un dossier qui m’est propre et pour pouvoir communiquer ses ordres plus facilement. L’ancien Fu, lui, était considéré comme le sage de Kiri; sensei de plusieurs, m’incluant, mais aussi un incroyable guerrier à la retraite. À l’aide de la compassion et la sympathie de Mei, il m’apprit tout…enfin presque. Il perfectionna mon chakra à lui donner un gout d’eau, puis à le contrôler avec plus de précision. À ses funérailles, les gens pleuraient et priaient un bon voyage aux cieux pour le vieil homme, mais je me contentai de comprendre combien mon nom avait de la valeur. Même après avoir essayé plusieurs fois, je restai, et resterai toujours, insensible et incapable de s’attacher aux gens. C’est pourquoi on me dit souvent froide et insouciante.

    Les enfants échappent à mon regard, les villageois craignent mes pas. Les rumeurs de mes actes, la cruauté de mes meurtres se sont répandues à travers les murailles. À mon jeune âge, je les accusais tous de ne pas comprendre, tout comme le sage prêtre. Ces folies que je devais surmonter à la même idée du sang ou de son odeur. Un beau démon, c’est exactement ce que je suis. Par contre, il n’y avait que Mei et Fu-sama qui arrivaient à me contrôler. Et il le fallait, car mon agilité et mon don naturel d’assassin devint un sérieux problème aussitôt que je frappai l’adolescence. Même si c’était dangereusement risqué, ils étaient les seuls à voir le potentiel que je démontrais. Par contre, il faut avoir domestiqué un cheval avant de pouvoir le chevaucher. Il faut toujours s’assurer qu’une arme est sécuritaire avant de l’allumer. Mes sautes d’humeur me rendaient particulièrement violente, et c’est pour cela que je devais apprendre le contrôle de moi-même à tout prix.

    Je fus envoyée plusieurs fois seule pendant quelques semaines dans les lieux exclus de Kiri, là où la brume est ton seul confrère. Un entraînement solitaire était nécessaire pour éviter d’autres dégâts. Je passais mes journées à recueillir des notes laissées par mon maître tout autour des terres, chacune contenant un nouveau défi à relever. Mon quotidien de survie était devenu un jeu où j’en étais la reine. Comme toute gamine, j’étais encore innocente et jeune, tandis que ces séances d’entraînement m’apportèrent maturité et sérénité. La solitude ne semblait plus négative de mon point de vue, non au contraire elle devient ma partenaire d’existence. J’aime être seule. Triste, vous dites ? Non, plus maintenant. Je suis comme un chien auquel on lui change la sorte de nourriture dans sa gamelle : avec le temps, on s’y habitue.

    Après un certain temps, qui s’étendit sur près de deux années, mon entraînement atteint un autre niveau. Je devais exercer des épreuves plus douces, comme la méditation et plus minutieux, comme l’écoute. L’objet de ce brusque changement était de pouvoir atteindre mon calme qui somnole au fond de mon être, de pouvoir retrouver la mince couche de sérénité qu’il me reste. En même temps, on travailla mon sens de l’ouïe. Je n’étais pas du genre à poser beaucoup de questions, j’exécutais, et c’est tout. Puis vint le temps du lourd. Zabuza Momochi était un grand shinobi, disait Mei-sama. Son côté assassin,je le posédais. On m’enseigna le jutsu interdit de la dissimulation brumeuse. Dur et périlleux fut l’entrâinement, en toute franchise. Je ne pensais pas pouvoir atteindre mon but. Toutefois, Mei et Fu étaient là pour me pousser, et surtout pour me comprendre. Les deux ayant beaucoup souffert eux aussi, il était moins complexe pour eux d’éprouver de la compassion plutôt que de la pitié. Ils me firent comprendre que l’existence n’est pas une souffrance continuelle; elle n’est qu’une plaie ouverte qui nécessite de l’amour pour cicatriser.

    Curieuse de nature, j’essaie souvent de me forcer à me souvenir d’un passé irréel caché au fond de mon esprit. La plupart du temps, un goût amer vient recouvrir ma gorge et des frissons parcourent ma peau…et tout cela sans que j’aie une idée de ce qui m’est arrivée. Quand même, c’est intriguant qu’un corps humain garde en mémoire des réactions physiques dû à un évènement même si le cerveau oublie tout. D'un côté, j’aimerais pouvoir connaitre mon passé, connaitre mes erreurs, mes peurs. Je sais que j’ai souffert, tout autant que mon entourage, mais ma vraie identité et ma vraie histoire est un simple trou vide qui perfore mon cœur à chaque jour. Le sage Fu me laissa plusieurs choses en quittant nos terres, comme sa belle plume et sa façon de s’exprimer, mais surtout, sa volonté d’obtenir ce qu’il désirait. C’est pourquoi je vous ai écris mon récit, aujourd’hui. Sait-on jamais, peut-être que je devrai faire face à une nouvelle perte de mémoire dans un futur proche. Au moins, il me restera ces quelques mots. Déjà là, je pourrai prouver mon existence. J’aurai une histoire. Une identité.

À moi maintenant de rédiger mes chapitres.



Dernière édition par Kyuia Itami le Jeu 26 Aoû 2010 - 8:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:16

Kiri n'a pas récupéré les épée de Raiga, ils savent même pas que Raiga est mort. Les deux épées son dans un tas de pierre ou gis le squelette de Raiga sinon y aurait un deuxième épéïste a la réunion des Kage au cotés de la Mei portant les deux épées de Raiga puisque la Mei a pas hésité a faire venir un Chunin avec elle comme garde du corps.

Merci de bien vouloir modifier ton histoire en fonction de ça.

Et une fois que sa serra fait voici ton Test Rp:

Raconte moi ton enfance pour me montré comment tu as acquit l'ouïe au fur et a mesure de tes entrainement.
Explique moi comment tu as retrouvé les épée de Raiga qui sont perdu au fin fond du trou du cul du monde sous un tas de terre.

Je suis chiant ouais mais je cherche un peu d'logique dans l'bordel. Après je suis peu être trop exigeant. e_e


Edit :
J'ia fait l'ménage c'était un peu chaotique. XDDDD


Dernière édition par Madara Uchiha le Mer 25 Aoû 2010 - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:19

MDR Jerb' - Merci. xDD
Bah je veux juste valider ... ce sera pas mon enfance parce que je ne m'en souvient plus. xD Je me suis réveillée à l'âge de 13 ans sans rien savoir. Aussi, est-ce que je peux juste enlever cette partie de l'histoire qui parle des lames et expliquer dans mon Test RP ? Sinon ce serait expliquer la même chose deux fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:23

Je savais que j'aurais du lire ce fuckin' premier paragraphe. e_e

Bah ouais fait comme ça. Mais évite de dire qu'elle a 16 pige que c'est une pucelle encore plus talentueuse que Itachi.
J'veux qu'elle est minimum 26 ans. L'même age que Zabuza lors de ça mort ça va et c'pas trop vieux. e_e
Revenir en haut Aller en bas
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:29

O___O 26 ?! xDDD
... 21 ça te va ? je trouve ça trop vieux 26 en pensant que la Mizu en a 28 xDD mais de toute manière on ne connait pas l'âge d'Itami alors...21 opu 26 m'importe peu xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:44

As'y mon perso' a plus de 100 pige viens pas dire que 26 c'vieux pignoufette. e_e

Genre ta gamine a treize ans elle vivait dans la nature avec les n'arbres, les n'écureuils et les n'éléphant rose. Quand soudain elle c'est fait dégommer par un sanglier de 130 kilos. Pouf 13 ans perdu la mémoire elle est un peu gaga et baveuse sur les bords. le temps qu'elle sache ce qu'elle est ou ce qu'elle comprends pas il faudra bien 5 ans. ça va pas être un miracle de dieux qui va dire toi tu as été percuté par un sanglier je zigouille tes neurones pour que t'entende comme une chauve sourie. e_e

fait gaffe ou j'te demande une vielle grand mère comme la p'tite chiyoo. Un beau grain d'beauté poilue en plein milieu de fron les gens vont trouvé ça grave sexy... e_e
Revenir en haut Aller en bas
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:46

PTDRRRRRRRRRRRRRRR ! xDDDD
Bon... âge inconnu entre 21 et 26 ans. xDDDD
JFAIS MON TEST MAINTENANT MAITRE. :]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Mer 25 Aoû 2010 - 11:50

Ouais va bosser sur ton test Rp. Sinon j'te transforme en vielle baudruche comme ça :

Les gens vont voir ça: ITAMI LA SEXYYYYYYYY !!!


Avec le p'tit clein d'oeil ravageur (que j'avais pas vue avant) ils vont tous tombé a tes pieds.

Je ferais le ménage après j'te laisse admiré ce qui peux t'arrivé sans que je le veuille. e_e
Revenir en haut Aller en bas
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Jeu 26 Aoû 2010 - 8:54



-----------------------------


    « Merde… ça ne passera pas par là non plus. »
    Encore un cul de sac. Le labyrinthe des arbres identiques commençait sérieusement à me taper sur le système. Le temps, l’espace et même le mouvement était figé dans cette forêt. Aucun oiseau ne chantait. Aucune feuille ne tombait. Aucune brise ne soufflait. Rien. Le son de nos pas étaient si silencieux et semblaient être absorbés par la douceur du sol. Devant nous se dressait, dans toute sa hauteur, une grande muraille rocheuse, solide et impressionnante dû à sa taille. Le voyage se faisait long…Déjà, trois jours s’étaient écoulés depuis notre départ et nos muscles usés demandaient d’urgence un repos bien mérité. La fatigue. Le découragement.
    « Attends… nous sommes proches. »
    Une lueur d’espoir jaillit du tunnel ténébreux qui m’envahissait. Jamais auparavant je n’avais vu un être si minutieux dans sa procédure. C’était dans le temps où j’étais Jounin. Normalement, après avoir complété cette mission avec le shinobi qui m’accompagnait, j’allais être promue au rang Anbu. L’homme à mes côtés s’appelait Ryuuka. C’était très rare de voir un spécialiste Katon dans les forces de Kiri. Toutefois, il était très utile, et bon, il avait bon caractère. Devant ses yeux se tenait le dossier ouvert que nous avait filé Mizukage-sama.

    ► Flash-Back [On] Off
    « Itami, tu dois m’accompagner au Bureau. Elle nous a convoqués, toi et moi. »
    Ses paroles légères me levèrent aussitôt de mon siège. De toute manière, ça faisait un bail que je ne m’étais pas dégourdie. La direction vers la grande tour fut prise de bon pied, notre pas rapide nous y emmena en un temps record. En arrivant devant la grande porte, la douce odeur de thé noir mélangé à celle d’humides parchemins me cajolait déjà de soulagement. Cet endroit, je l’aimais. Enfin, si c’est bien la définition d’aimer, puisque je n’en ai pas la moindre idée. Elle se tenait là, cette femme qui m’effraie tant. Cette femme à la longue chevelure dorée. Cette dame, splendide rose qui ne fane jamais. Il n’y a que son regard que je crains. Il n’y a que son regard qui me réchauffe le cœur. Ironique, non ? Il n’y a que le sien qui me décrypte comme un livre ouvert. Que le sien qui connait tout sur moi. Que le sien.
    « Cette mission est probablement la plus vague que je n’ai jamais donnée. Mais aussi, une des plus fondamentales. » dit-elle en me foudroyant du regard. Un frisson de chaleur parcouru mon échine, un sentiment de faiblesse que j’éprouvais toujours en sa présence. « En fait, votre mission consiste de deux tâches. Premièrement, compléter ce dossier. »
    Sa douce et féminine main balaya le dessus du papier, soulevant une envolée de particules de poussière qui s’écrasa au sol. En l’ouvrant, nous y trouvèrent des rapports longs et chiants sur le relief de l’endroit et sur la vie d’un certain épéiste ayant déserté Kiri. Prenant la feuille entre ses doigts, l’homme qui m’accompagnait la secoua légèrement vers la dame, en signe de questionnement. « La deuxième tâche consiste de trouver le tombe de Kurosuke Raiga, l’un des 7 épéistes de Kiri, et de ramener Rai Roga. Ses capacités comme épée pourraient grandement servir aux ninjas de cette génération. Konoha nous a informés, il y a quelque temps, de son décès. Ils nous ont prélevé quelques descriptions de lieux, mais c’est tout. »
    Ses yeux perdirent soudainement sureté et assurance, visés vers le sol. Puis, elle les leva lentement vers l’horizon, où le soleil levant nous éblouissait de chaleur. Il ne fallait pas être sorcier pour comprendre qu’elle hésitait grandement à nous assigner la mission. Soit par le manque d’information flagrant, ce qui nous laisserait promener les terres ennemies aveugles, soit car elle craignait simplement les risques engendrés.
    « Je ne peux vous en dire d’avantage. Dans aucun cas je ne serai déçue de votre choix : vagabonder les territoires inconnus sans direction claire est littéralement suicidaire. Je ne veux pas que vous y ailliez. Je ne veux pas vous voir quitter ce bureau. Mais, il y a bien une raison pourquoi je vous ai choisis… » dit-elle d’une voix ébranlée. Puis après, un long silence pesait dans la salle, noyant tout son, figé dans le muet. Nos yeux étaient fixés sur elle, immobiles, attendant une certaine réponse de sa part. Aucune presse. Aucune. Qu’elle nous dise qu’elle a confiance en nos capacités. Qu’elle nous dise qu’elle veut nous ravoir en un seul et impeccable morceau. Qu’elle nous dise que c’est trop risqué, et qu’elle préfère qu’on s’occupe paisiblement du village. Peu importe. « Nous irons quand même, Mizukage-sama. » C’était si rare. Si rare que j’osais prendre parole devant elle. Si rare que j’avais assez de courage pour prolonger un discours. Un sourire de contentement cacha l’inquiétude qui s’était encrée dans son cœur, à ce moment là. À mon grand contentement, la discussion ne s’éternisa pas. Elle nous indiqua ensuite les précautions à prendre et quelques informations supplémentaires, ainsi que des outils pour recueillir de l’information sur les terres inconnues. Puis, nous scrutant une dernière fois, elle se retourna vers la grande fenêtre.
    « Revenez-moi. »
    Flash-Back On [Off] ◄

    Ses mains feuilletèrent les parchemins vieillis par le temps, tous emmenant l’odeur du papyrus poussiéreux. Son doigt suivait une ligne tracée sur une carte inachevée.
    « L’endroit que nous recherchons est en fait aux alentours. D’après nos données, cette même falaise serait celle dont Raiga a fait une chute. La chute de sa mort. »
    Un certain gout amer m’empli la gorge. La mort. M’effraie-t-elle ? Pas du tout. Mais l’allure lugubre des environs me semble l’endroit parfait pour une chute d’une telle hauteur. Le son des craquements osseux résonnèrent dans les airs, quelques instants. Puis les frissons qui m’envahissaient se dissipèrent lentement, malgré le soudain sentiment d’insécurité. Jetant un dernier coup d’œil au sol recouvert de plantes, je pus confirmer que l’objet de notre quête ne se trouvait pas ici.
    « Bougeons ; c’est pas ici. »
    Nous longeâmes la grande falaise avec grande précaution. Je me sentais observée de toute part. Notre position ne nous était pas du tout avantageuse et nous serions une proie facile pour … pour… une embuscade.

    …Une embuscade… Parfaite. De dos. Dans le silence impeccable. Une embuscade… Cette massive explosion m’a envoyée valser plusieurs mètres plus loin, retombant lourdement sur le sol plutôt sableux. Mon cou a craqué d’une bizarre de façon, et ma cheville s’est tordue contre un vieux tronc déraciné. Le mal était un mur que je n’avais pas de difficulté à défoncer, et d’encaisser. Mais cette fois là, la douleur fit frémir mes os, l’impact avait été trop dur. Et la peur. Une peur que je n’avais jamais ressentie auparavant. Mes muscles engourdis à cause de la chute refusèrent d’obéir, et en forçant à me relever, une certaine substance nacre envahi ma gorge, déjà sèche. Dégoutant. Le sang était réellement dégoutant. Rapidement, il se retrouva craché par terre, et c’est en me penchant vers l’avant que je réalisai que ma poitrine et mon ventre me lacéraient : cailloux et branches diverses pénétraient douloureusement ma peau. Ce n’était tout de même pas ce qui allait m’arrêter. En jetant un coup rapide vers derrière, je vis la massive silhouette de deux hommes au pas de course. Je n’avais qu’une chance. Mes signes cachés sous ma cape, je déployai un de mes jutsus les plus dévastateurs. Mon compagnon se tenait à mes côtés, alors il n’y avait aucun risque pour lui. Sans attendre une seconde de plus, je levai mes bras vers le ciel, pour les rabattre rapidement vers le sol. Guidé par le mouvement latéral de mon bras, le grand phénix de foudre s’abbatit sur les ennemis, qui, bien trop faibles pour la puissance du dieu de la foudre lui-même, ne purent que brûler vif. Leurs cris furent rapidement changés en gémissements, et même si j’en aurais eu la force, je les aurais laissés là à se morfondre dans leur souffrance. L’odeur de peau calcinée emplit rapidement l’air aux alentours, et sans plus tarder, je m’apprêtai à décamper. Et comment, avec une cheville aussi molle qu’une tige de foin? Je regardai aux alentours pour me trouver un soutien quelconque. Je me levai à l’aide de mes bras et me hissai sur une roche. De là je pus agripper un morceau de bois relativement plat. Je fouillai ma sacoche attachée à ma jambe et en sorti du filament d’acier ainsi qu’un long morceau de tissu. Avec ces outils, je pus me manigancer ce que j’avais besoin. C’était moins douloureux, au moins.

    J’agrippai fortement le Kirijin par le collet pour qu’il me suive. Ces deux voyous n’étaient certainement pas seuls, et nous devions quitter l’endroit au plus vite. Il était plutôt sonné, sale et avec quelques plaies, notamment avec quelques shurikens lancés dans le dos, probablement avant l’explosion : mais en somme, en meilleur état que le mien. Nous devions trouver un endroit sécuritaire pour recalculer notre position ainsi que sceller les coupures plus grosses. Nous décidâmes d’entrer dans un petit orifice au creux de la montagne question d’être à couvert. Les minutes s’écoulaient, nos plaies brulaient, peut-être devrions nous rester ici pour la nuit.


    Il était peut-être trois heures du matin.


    Tout a commencé avec un craquement au loin. À peut-être deux cent mètres. C’était lourd, massif. Ses pas approchaient, bizarrement, dans notre direction ? Non, pas bizarre du tout. J’attendis encore quelques instants, question de ne pas agir de façon stupide. L’ennemi n’arrêtait pas, il continuait en notre direction. Cent mètres. J’entends sa respiration, calme, mais rauque, de larges poumons. Les deux brutes de plus tôt ? Impossible, calcinés. Des renforts ? Fort probable. Silencieusement, je réveillai mon compagnon et lui fis un signe de se taire. Puis, je commençai ma série de mudras. On aurait dit comme dans le bon vieux temps, durant mon entraînement. Oui, le bon temps.

    ► Flash-Back [On] Off
    Je prends le papier qui est coincé entre les deux bouts d’écorce. Et, comme d’évidence, le lis.
    « Félicitations, Itami. Tu as complété une nouvelle étape de ton entraînement. Nous en sommes ravis. »
    Toujours si sympa, ce vieillot. Je continuai ma lecture en plissant les yeux.
    « Mais maintenant, nous entamons un nouveau genre. Tu as maitrisé le ninjutsu dans son essence, mais un shinobi gagne de la qualité avec ses caractéristiques. De tous tes sens, ton ouïe te serait probablement la plus utile. C’est pourquoi nous allons l’améliorer pour le mois qui suit. Nous chercherons le calme qui se trouve enfoui en ton intérieur. Lorsque tu l’auras atteint, tu seras plus redoutable que jamais. »

    La suite des exercices furent assez simples. Ils consistaient de méditation, de devinette. Pendant deux semaines de suite, je devais deviner les animaux qui m’approchaient, calculer leurs pas, déterminer la distance, leur respiration, leur débit cardiaque. Des heures semblaient beaucoup plus longues qu’elles l’étaient, mais cet entrainement me plaisait bien. Durant ces années intensives, la solitude était mon seul compagnon, et pour la première fois, en écoutant toute la forêt qui s’agitait autour de moi, je réalisai que jamais je n’étais seule. Quand j’arrivais à bien nommer les être qui se trouvaient autour de moi, on allongeait les distances, on augmentait la difficulté. Après un certain temps, on m’informa que j’avais atteint un perfectionnement de l’ouïe. Mais, comme de fait, je n’avais pas encore terminé. Puis vint le temps du lourd. Zabuza Momochi était un grand shinobi, disait Mei-sama. Son côté assassin, je le posédais. C’est pourquoi on m’enseigna le jutsu interdit de la dissimulation brumeuse. Dur et périlleux fut l’entrainement, en toute franchise. Je ne pensais pas pouvoir atteindre mon but. Toutefois, Mei et Fu étaient là pour me pousser, et surtout pour me comprendre. En combinant ma nouvelle ouïe et mon contrôle de la brume, mes sensei se dirent mission accomplie. Un épéiste déchu venait de renaitre dans mon corps. « Fais lui honneur, utilise son pouvoir de façon intelligente et rends nous fière. »

    Flash-Back On [Off] ◄

    C’était tout blanc. Ma brume était tellement dense que j’aurais pu sortir un katana et la trancher en deux. J’entendais le pouls plus rapide de ma proie, rendue tout près de notre localisation. Elle s’était arrêtée, sa respiration était crispée. Il avait peur. Tant mieux. Je brandi un kunai et fit un clone. Après quelques secondes, je l’avais entouré. Il frottait un truc métallique sur le sol, par stress. Je faisais des pas bruyants pour l’énerver, je tournais en rond en lui posant les questions habituelles de qui êtres-vous ? que voulez-vous? Des réponses muettes. D’une seconde à l’autre, il était au sol, j’avais mon kunai sur son cou et il était complètement plaqué contre le sol humide. J’étais fatiguée, ma cheville me faisait un mal atroce, et puis quoi encore, il y a cet homme qui vient nous emmerder à une heure si tardive ? Je le fouillai un peu pour trouver un bandeau d’identité. Aucun. Tempis, alors. Je n’ai pas de temps à perdre, et du sommeil à rattraper. Je dissimulai ma brume, histoire de lui voir la figure avant de le mettre inconscient. Un bien laid bonhomme. Il donna un coup de coude dans le ventre du clone qui le tenait, et puis un joli spectacle de lumière commença. L’explosion du clone illumina les lieux, les roches, les arbres. Des yeux d’animaux brillaient dans la pénombre comme des étoiles sur le plafond terrestre. Toutefois, quelque chose capta mon attention. À environ une quinzaine de mètres de ma localisation, deux tiges scintillaient dû à la lumière. Je m’approchai.

    À demi ensevelies sous la terre, deux lames entrecroisées se trouvaient plantées dans le sol. Je m’approchai encore. Deux lames identiques. Encore. Elles sont jolies. Je me tiens à un mètre d’eux. Rai Roga. Enfin, te voilà.


    Vous savez quoi. Même si je vous ai expliqués que tout arrive pour une raison, il est permis de se questionner sur le pourquoi des choses. Aussi se demander pourquoi ça affecte émotionnellement, douloureusement, certaines personnes. Tandis que d’autres restent indifférentes. Je crois que c’est ce qu’on appelle les liens. Les sentiments que les autres nous procurent. Cette nuit là, sous une pluie torrentielle, j’ai compris pourquoi il y a tant de guerres. L’amour entraîne la guerre. L’amour entraine la tristesse. La tristesse entraine la haine. La haine entraine la vengeance. La vengeance entraine la guerre. Au loin, nous pouvions entendre les pas de nos ennemis qui approchaient. Ils nous poursuivaient et semblaient déterminés à nous attraper. Nous ne savions même plus ou nous nous situions, ou nous étions rendus. Nous avons couru pour de longues heures, sans s’arrêter, non, il ne fallait pas. Insupportable, toute cette douleur qui m’épuise. Insupportable, ce sang frais qui dégouline de mes vêtements, et qui tâche les troncs. Insupportable, cet orage. Insupportable, cette course infinie. Insupportable, cette chute, mon cri, mon impuissance. Je m’effondre contre l’herbe mouillée. Le souffle de Ryuuka accompagne le clapotis sur les feuilles. Est-ce vraiment la fin ?



On nous soulève, on nous prend, on nous brasse un peu.
On crie nos noms, on entend des explosions.
Ça sent bon. Ça sent Kiri. Oui, des renforts.
Il y a un combat qui s’enclenche, les ennemis étaient donc si proches ?
Tempis, au moins, maintenant, tout est fini. On rentre, saufs.
Je n’entends plus rien, maintenant. Je ferme les yeux.
La seule chose qui compte, c’est que je serre Rai Roga contre moi.
Elles sont là, dans mes bras.
Elles brillent. Elles me réchauffent. Je souris.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miya Kichigai
Adminavatar
Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 23
Localisation : Québec, Canada


Feuille Ninja
Points de Chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Points de Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Jeu 26 Aoû 2010 - 9:06

    — TECHNIQUES

        Citation :
        雷 Ikazushi no Utte
        雷 Idoujiba No Jutsu
        雷 Epée de chakra Raiton
        雷 Rairyuu no Tatsumaki
        雷 Gian
        雷 Raikyuu no Tori
        雷 Denki no Tate
        雷 Akken
        水 Mizuame Nabara
        水 KiriGakure
        水 Dissimulation Brumeuse
        水 Suirou
        水 Assimilation
        水 Kirisame
        写 Raiton Bunshin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasuke Uchiha
Chef TakaChef Taka
avatar
Messages : 168
Date d'inscription : 26/04/2010
Age : 25


Feuille Ninja
Points de Chakra:
0/1200  (0/1200)
Points de Vie:
0/1200  (0/1200)
Techniques:

MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   Jeu 26 Aoû 2010 - 9:17

    Magnifique que dires de plus? (:
    J'ai surkiffer les passages où tu détaille incroyablement bien la souffrance physique de ton personnage, les doutes qui te submerge, etc ..
    Dommage en revanche, je trouve la trouvaille de la Rai Roga un peu hasardeuse , j'aurais également aimer voir un peu plus en détail les recherches effectué, juste avant que toi et Ryuuka ne vous fassiez attaquer par surprise. Mais bon, c'est bien suffisant et c'est avec plaisir que je t'offre le titre d'épéiste de kiri.
    Validé donc Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Kyuia Itami } [E.C.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kyuia Itami } [E.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Itami Kuronuma ~
» RPs avec Itami
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Kousen :: Archives-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit